​Cosmogonie Zoulou

Au début il n’y avait ni astre, ni firmament, ni soleil, ni lune, ni terre. Il n’existait que le néant terrible car néant total. Enfin surgit la déesse mère : Ma à qui l’ esprit éternel Ukulun-Kulu avait commandé de se créer elle même sous forme humaine ainsi que les étoiles et la terre. La lune arriva plus tard, par accident.. La grandes déesse Ma était immortelle, pourtant elle avait des désirs et des sentiments étranges qu’elle transmit aux hommes et aux animaux : la colère, la jalousie, la détresse, l’amour.

"Sera t-il aussi beau que je suis belle " ? En réponse elle ne reçut que cette phrase énigmatique : « A mes yeux rien n’est laid, rien n’est beau. »

A l’aube, poussée par la faim, elle chercha ses aliments favoris:  des  métaux et pierres précieuses... Elle entendit alors une voix « Viens ma partenaire, je t’attends et te désire. » Folle de joie elle courut vers la voix, traversant les montagnes, puis stupéfaite,  s’arrêta. De multiples bras de vignes  parsemés de granit rugueux, de diamants et de fer cherchaient à la saisir; ceux-ci poussaient sur un immense tronc d’arbre ressemblant au plus grand des baobabs. Des dizaines d’ yeux éjectés de sang la regardaient avec lubricité, et une énorme bouche, qui laissait entrevoir mille dents pointues souriait en lui disant :

"Je suis l’Arbre de vie, ton partenaire, et je te désire" .

 

Ma, affolée réussit à se dégager de cette étreinte et se sauva. Elle traversa les montagnes, et les fleuves. mais toujours il la poursuivait. Alors elle s’élança dans les cieux. Mais avec de l'argile , il fabriqua une boule qu’il projeta dans les cieux et qui atteignit la déesse derrière la tête, juste au moment ou elle allait rejoindre les étoiles. Inconsciente, elle tomba à terre, droit dans les bras de son amant, dont les branches étaient étendues pour l’attraper. La boule elle, rebondit, entra en orbite et resta dans les cieux, d’où elle règle encore de nos jours les amours des hommes, des animaux, des oiseaux . C’est de cet accident que naquit la lune...

 

 

 

Ayant terminé la création du firmament, elle s’assit au sommet de la montagne Taba-Izimbi pour y attendre les instructions de

l' esprit suprême. La solitude l’envahit et elle se mit à pleurer. Elle pleura si abondamment que ses larmes formèrent à ses pieds des rivières, des fleuves et des océans. Ukulun-Kulu lui commanda de cesser ces pleurs et de continuer à travailler . Mais elle était inconsolable et déclara que rien n’avait de sens si elle devait rester seule . De colère la voix du Grand Esprit retentit pour la première fois et décida après réflexion de réaliser le souhait de Ma, en lui accordant un compagnon. Alors la  déesse  lui demanda  :

.Ma

épique de la déeesse zoulou

 ©  Meliyart since 2011

MENU